Forgetting Vietnam

Un film par Trinh T. Minh-ha
En présence de la cinéaste

Musée des beaux-arts de Montréal
Auditorium Maxwell-Cummings
1379, rue Sherbrooke Ouest

18 février 2017 - 18h00

À propos

Le Feminist Media Studio de l’Université Concordia et DHC/ART Fondation pour l’art contemporain présentent Forgetting Vietnam, un film de Trinh T. Minh-ha. La projection du film sera suivie d’une période de questions avec la réalisatrice, modérée par Monika Kin Gagnon, professeure en communication à Concordia et membre du Feminist Media Studio.

Autrefois, le Vietnam se nommait đất nứớc vạn xuân – le pays aux mille sources. L’un des mythes fondateurs du pays est celui de la bagarre entre deux dragons. Ceux-ci finissent par tomber dans la Mer de Chine méridionale, créant la forme en S de la côte vietnamienne. D’après la légende, les Vietnamiens seraient les descendants d’une union entre le Roi-Dragon, Lạc Long Quân et une fée, Âu Cơ. Âu Cơ était un oiseau mythique qui, après avoir avalé une poignée de terre, fut banni du 36e paradis. Ses larmes ont formé les nombreuses rivières du pays, et le souvenir d’Âu Cơ se manifeste aujourd’hui sous forme d’inondations récurrentes. Dans le contexte géopolitique actuel, le Vietnam s’épanouit, en fragile équilibre entre la gestion de l’eau et celle des terres. Dotée d’un pouvoir essentiel à la vie, l’eau est présente dans tous les aspects de la culture vietnamienne.

Tourné en vidéo Hi-8 en 1995, et en HD et SD en 2012, Forgetting Vietnam se déploie spatialement, comme dialogue entre ces deux éléments – terre et eau – qui sous-tendent la formulation du terme đất nứớc (pays). Porteuses d’histoires des technologies visuelles et de la réalité politique vietnamienne, ces images mettent en scène la rencontre entre le passé, incarné par la terre ferme, et le présent, incarné par la fluidité de l’eau et des changements à l’ère de la mondialisation fulgurante. En dialogue avec ces deux éléments, il y a aussi un tiers espace, celui de la remémoration, où les habitants, émigrés, et anciens combattants se souviennent des histoires du passé, afin de porter un regard nouveau sur l’actualité. Par les yeux de ces témoins de l’une des plus polémiques des guerres qu’ont menées les États-Unis, le spectre du Vietnam, et ses contributions à l’histoire du monde demeurent à la fois présents, et faciles à reléguer aux oubliettes. Forgetting Vietnam aborde ce traumatisme planétaire en commémoration du 40e anniversaire de la fin de la guerre, et de ses survivants.

Entrée libre

Veuillez noter que le film sera présenté avec sous-titres français et la période de questions se déroulera en anglais.

Mise en scène, scénario, montage: Trinh T. Minh-ha
Durée: 90 minutes
Production et photographie: Trinh T. Minh-ha & Jean-Paul Bourdier
Musique: The Six Tones et ĐOI Music
Organismes commanditaires: ACC Gwangju, Corée du Sud, & HKW Berlin, Allemagne

Événement Facebook

Biographie

Trinh T. Minh-ha est cinéaste, écrivaine, compositrice et professeure de rhétorique et de Gender & Women’s Studies à l’Université de Californie à Berkeley. Elle a réalisé huit longs métrages (dont Night Passage, 2004; The Fourth Dimension, 2001; et Surname Viet Given Name Nam, 1989). Elle a été le sujet de nombreuses rétrospectives et a réalisé plusieurs installations à grande échelle à l’international, dont L’Autre marche (Musée du quai Branly, Paris 2006-2009), Old Land New Waters (3e Triennale de Guangzhou, Chine, 2008). Elle est auteure de nombreux livres, dont Lovecidal, Walking with The Disappeared (2016), D-Passage, The Digital Way (2013), Elsewhere, Within Here (2011) et Cinema Interval (1999). Elle a reçu multiples prix internationaux également: le Wild Dreamer Lifetime Achievement Award du Subversive Festival, Zagreb, Croatie, 2014; le Prix d’excellence pour l’ensemble de ses réalisations du Women’s Caucus for Art, 2012; et le prix Pionnier des médias libres, MIPDOC, Festival de Cannes, France, 2006.

Image

Trinh T. Minh-ha
Forgetting Vietnam (image tirée du film), 2015
Film numérique, 90 min